Chèvrefeuille

 

 

Je me suis demandée comment garder le parfum de ces fleurs, alors certes j'avais lu Le Parfum, mais la technique me semblait compliquée, et un jour j'ai cherché. Il y a deux techniques d'enfleurage, celle à chaud et celle à froid. Ici un très bon pas à pas de la technique à froid pour la fleur de tubéreuse. Ce qui est marrant c'est que Garance a aussi enfleuré son chèvrefeuille, et elle en a fait aussi un sirop ce que je vais aussi tester.

 

A priori celle à froid est mieux, elle garde mieux les parfums et est surtout à mes yeux plus 'naturelle'; et elle fait plus attention à la fleur, car le chaud peut aussi tuer les parfums. C'est pour ça que j'ai choisi de tester celle à chaud ;). En réalité c'était aussi pour une question de temps et de gras, car je ne savais pas quelle sorte de graisse utiliser pour faire la technique à froid.

 

 

Branches de chèvrefeuille

 

Pour celle à chaud j'ai opté pour de la graisse de coco. Je ne sais pas si la graisse de coco ou le karité réagirait bien avec la technique à froid vu que souvent on utilise du saindoux ou des graisses animales. Je testerai un jour que j'aurai le temps. Ici vous avez les explications des techniques.

L'enfleurage consiste à saturer un corps gras avec le parfum des fleurs, alors évidemment il en faut beaucoup, beaucoup, car il faut refaire l'opération plusieurs fois, plus on le fait plus le parfum sera fort et proche du parfum de la fleur.

 

 

Tas de chèvrefeuille

 

 

J'ai donc mis au bain marie, car il ne faut pas que l'huile bout, il faut une chaleur douce pour faire infuser les fleurs. Quand mon huile de coco est devenue liquide j'ai mis mes fleurs dedans et j'ai mélangé, j'ai laissé sur le chaud pour que les fleurs infusent bien, puis j'ai couvert et laissé l'odeur imprégnée le gras, c'est là que ça se complique en fait, car la graisse de coco se solidifie, donc j'ai du refaire fondre la graisse pour filtrer et remettre des fleurs nouvelles. J'ai refait le processus 5 fois étalé sur 3 jours. Ensuite pour parfaire la méthode il faut 'nettoyer' la graisse à l'alcool, ce que je n'ai pas fait, car je voulais juste faire des 'beurres' parfumés. 

 

Le bilan, la rose c'est parfait l'odeur est tres bien restituée, par contre on perd beaucoup de gras et il faut attendre la décantation entre le gras et l'eau des pétales, le chèvrefeuille l'odeur est aussi très bien restituée, la technique est plutot bien, assez facile en fait juste un peu contraingante mais elle vaut néanmoins le coup.

 

 

Coco chèvrefeuille

 

 

 

coco roses

 

Plus tard je vais tester la technique à froid, encore faut il que je me décide pour choisir quel gras utiliser.